mercredi 9 mai 2012

Rando #9 - Deux jours dans le cirque de Mafate, Episode II

 Et oui, les 7 et 8 avril derniers, on est retournés à Mafate ! Après avoir passé deux jours sur les sentiers du sud du cirque, nous avons cette fois décidé d'aller nous perdre sur les sentiers du nord, bien plus escarpés et encore plus sauvages. Et il faut bien avouer que contrairement à la première fois au mois de décembre, nous n'avons pas réussi à faire la boucle que nous avions prévu...

 L'idée était la suivante : laisser une voiture à l'entrée de la Rivière des Galets, prendre un 4x4 jusqu'à Deux-Bras puis partir vers l'est direction Aurère, Ilet à Malheur et enfin Ilet à Bourse pour y dormir. Le lendemain, continuer jusqu'à Grand-Place, Cayenne, puis retour vers le nord jusqu'à Deux Bras pour récupérer le 4x4 pour sortir du cirque par la Rivière des Galets. Mais comment vous dire, absolument rien ne s'est passé comme prévu...

 Pour commencer, impossible de prendre le 4x4 car le niveau de la Rivière des Galets a beaucoup trop monté à cause des fortes pluies de la semaine passée. Il nous faut donc trouver une autre solution pour entrer dans le cirque. Notre choix se porte sur la canalisation des Orangers qui débute à Sans-Soucil dans les hauts de Saint-Paul et qui permet d'entrer dans le cirque assez facilement. Nous voilà donc partis à 5h du matin, nous laissons la voiture à Sans-Soucil au début du sentier. Il fait nuit, on commence donc à la lampe frontale. Et bien sur, on se trompe de chemin. Et bien sur, on ne s'en rend compte qu'au bout de deux heures. Je vous laisse imaginer l'humeur à ce moment précis où on se rend compte qu'il va falloir faire demi-tour et redescendre tout ce que l'on a monté pendant deux heures. Portés par une soudaine motivation, et peut-être aussi un petit peu de colère, nous voilà repartis en trottinant. Effectivement, on arrive à la voiture seulement une heure plus tard, mais déjà complètement épuisés...et ce qui est bien, c'est que nous revoilà au point de départ et qu'il est déjà 8h...au moins maintenant il fait jour...

 Cette fois, on prend le sentier qui part à gauche (d'ailleurs il y a un panneau qui indique la direction, on est très forts !). Il faut marcher 45 minutes en montée pour atteindre la canalisation. Mais au moins une fois là haut, c'est tout plat sur 12 kilomètres. Au fut et à mesure que l'on avance sur la canalisation, Mafate apparaît peu à peu et dévoile ses paysages envoutants.








 Il n'y a qu'un petit problème, on est loin d'être arrivés à destination, et on commence déjà à avoir mal aux jambes...c'est ce qui s'appelle un très mauvais présage pour la suite...malgré tout, le sentier est vraiment très agréable même s'il faut parfois prendre sur soi pour passer sous les immenses toiles que les bibes tissent au dessus du chemin. Nous passons à côté de la cascade Flamant qui a un faible débit mais qui reste très impressionnante.






 Tant bien que mal, nous atteignons la bifurcation  qui permet de s'enfoncer dans le cirque. En allant tout droit, on atteint l'îlet des Orangers. Les jambes et le dos sont de plus en plus douloureux mais on continue. Nous passons l'îlet des Lataniers et continuions notre descente vers la rivière qu'il faut traverser pour remonter de l'autre côté vers Grand-Place. Mais arrivés à mi-parcours, la motivation s'envole, les nerfs disent adieu et les jambes disent non merci. En gros, il nous rate près de 5 heures de marche pour atteindre Ilet à Bourses, il est 14h, et physiquement on en peut plus. Il faut dire que l'on marche sans réellement faire de pause depuis 5h du matin. 9h de marche quoi, rien que ça...la décision est donc prise, ce soir, on ne dormira pas à Ilet à Bourses. On sort donc le guide du routard et on repère les gîtes les plus proches de notre position actuelle. Et ce qui est quand même bien pratique dans Mafate, c'est que l'on capte super bien depuis que des antennes ont été installées au Maïdo. Et on a de la chance, il reste de la place dans l'un des gîtes de l'îlet des Lataniers à quelques centaines de mètres au dessus. On se remotive et on remonte comme on peut la pente jusqu'au gîte. On est sauvés, et en plus il n'y a pas grand monde, on aura le droit à une chambre pour nous tout seuls !




 Le gîte est très colorés et on est plutôt bien accueillis avec bananes et Longanis tout juste cueillis. A Mafate, on mage tôt. 18h30 tout le monde est réuni autour de la longue table en attendant avec impatience le petit punch pour commencer la soirée ! Un grand saladier d'achars est déposé sur la table, puis un saladier de cari poulet accompagné de son riz et de ses grains (des pois du cap), tout simplement délicieux ! Durant le repas, on sympathise avec un petit groupe de 4 personnes, une femme et son frère et les deux enfants de la femme. C'est ça la magie des gîtes, on rencontre toujours des gens sympas avec qui l'on passe de bonnes soirées. La soirée ne se finit pas très tard la fatigue se faisant sentir, et les quelques verres de vin aidant aussi grandement !

 Le lendemain matin, petit déjeuner copieux et il est temps de se remettre en route. On décide finalement de ne pas repartir par la canalisation des orangers mais de faire la route avec nos amis d'un soir en descendant vers la rivière et de ressortir du cirque par le lit de cette dernière. C'est certes plus long, mais c'est quand même bien plus agréable de ne pas passer deux fois par le même chemin.

 Nous voilà donc repartis sur les sentiers escarpés de Mafate avec, il faut bien l'avouer, un petit peu mal aux jambes ! Comme d'habitude, ça monte et ça descend mais on se motive mutuellement pour avancer à bonne allure. De temps à autres, on déguste des mangues et goyaves cueillis directement dans les arbres, ça aussi c'est une chouette motivation. Les paysages sont eux aussi motivants, c'est impossible de s'en lasser.







 Nous arrivons enfin dans le lit de la rivière avec plusieurs heures de marche. Le niveau est effectivement assez élevé ainsi que le débit. On en profite pour se baigner histoire de décontracter un petit peu les jambes.  Il faut traverser la rivière à 4 ou 5 reprises avant d'arriver au lieu dit La Porte où les 4x4 déposent habituellement les randonneurs et viennent les chercher.




 Les jambes et les pieds font mal mais pas le choix, il nous faut encore parcourir les 12 kilomètres qui nous séparent de la sortie du cirque. Mais miracle, on voit un 4x4 arriver vers nous ! On se précipite pour l'arrêter, et il accepte de nous prendre et de nos épargner les 12 kilomètres restant. C'est surement la meilleure nouvelle du jour !






 Le chauffeur nous dépose quasiment à la sortie du cirque au niveau d'un petit sentier menant à Sans-Soucil, là où sont garées les voitures. Et oui, il nous reste encore une bonne heure de marche, et sous la pluie s'il vous plait ! On arrive aux voitures crevés mais aussi super contents de ces deux jours qui ne se sont absolument pas déroulés comme prévus, mais qui resteront un très très bon souvenir !

 Il y a vraiment quelque chose de mystique avec le cirque de Mafate, quelque chose qui vous force à y retourner en oubliant à quel point les sentiers sont difficiles. D'ailleurs, on y retourne ce week end, et cette fois on va camper ! 

 A suivre donc...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire